Historique

C’est donc bien en 1843 que remonte la date de la fondation de notre société. A l’origine une pétition datée du 20 juin 1843, munie de cinquante-huit signatures d’étudiants genevois, dont la moitié était des membres de la société de Zofingue, fut adressée au Conseil d’État, l’informant de la création d’une société de gymnastique et lui demandant « un emplacement et les machines nécessaires, avec l’usage du gymnase », trois ou quatre heures par semaine, ce qui fut accordé.

La naissance de notre société fut entourée de difficultés qui s’expliquent aisément quand on sait qu’à cette époque la gymnastique était très peu connue à Genève. Elle était pratiquée par quelques privilégiés qui, moyennant finance, recevaient des leçons particulières d’un professeur bavarois, M. Rosenberg. Ce dernier avait obtenu de l’État la jouissance d’une parcelle de terrain sise dans le fossé du bastion de Saint-Antoine ; son enseignement était tout à fait facultatif pour nos écoliers ; seuls les élèves du Collège et les étudiants de l’Académie étaient favorisés en payant une redevance réduite.

En 1834, nos magistrats décidèrent de construire une première salle de gymnastique près de la porte de Rive, mais l’utilité des exercices corporels n’avait pas encore effleuré l’esprit de la population et les magistrats eux-mêmes n’en étaient pas bien persuadés.

Ce ne fut que sous l’influence de Clias, le propagateur de la gymnastique en Suisse, et de la persistance de nos membres fondateurs que la société se forma et finalement jeta les bases de notre société actuelle… Genève-Ville était née.

S’en suit toute une série d’activités et manifestations plus ou moins importantes et qui feront connaître notre société partout en Suisse et à l’étranger, jugez plutôt :

  • 1845 avec son effectif de 60 membres Genève-Ville se fit recevoir au sein du Giron Fédéral, à la fête fédérale de Coire
  • 1846, La fête fédérale de Berne reçut 13 de nos vaillants gymnastes, qui n’avaient pas craint de rejoindre la capitale helvétique en voyageant soit en bateau, soit en diligence, soit même à pied, sac au dos. En 1852, organisation pour Genève de la fête centrale des sociétés suisses, en 1856, Genève-Ville organise la première fête cantonale, etc. etc., Ainsi s’en suit tout au long des années jusqu’en 1891 ou Genève-Ville organise avec un très grand succès, la Troisième Fête Fédérale de Gymnastique à Genève qui groupera plus de 3000 gymnastes venus de toute la Suisse, soit 117 sections suisses et 31 étrangères. C’est à cette occasion que les demoiselles d’honneur offrent un nouveau drapeau à la Société Fédérale de Gymnastique.

Chaque année ou presque, notre société s’investit et participe à des nombreuses manifestations.

Arrivent les guerres 1914-18 et 1939-45, périodes difficiles s’il s’en fut ; la plupart de nos gymnastes furent à chaque fois mobilisés, moniteurs en tête.

La vie de notre société se poursuit néanmoins. Appelée et présente partout ou presque, Genève-Ville fait parler d’elle. Nos gymnastes se sont souvent fait remarquer et leur engagement a toujours été reconnu.

Aujourd’hui, les structures de notre société permettent toujours à nos membres de s’adonner à ce sport sain et tellement stimulant pour notre santé.

Cinq groupes assurent ainsi de manière constante le maintien en forme de notre corps et s’efforcent de donner une bonne condition en rapport avec les possibilités physiques de chacun.